IATSE514 – Nouvelles

Christian Bergeron parle des efforts du local 514 face à la COVID-19

Voici la traduction du texte publié sur iatsecares.org.

Tout a débuté avec la couturière Simonetta Mariano. Elle a commencé à fabriquer des masques pour les personnes âgées et ses voisins. Les membres de la section locale 514 font tous leur part pour nous aider de toutes les manières possibles. Nous avons six bureaux différents et six couturières qui vont dans les bureaux et conçoivent les masques.

À ce jour, nous avons fait don de plus de 1000 masques et nous avons des demandes pour en fabriquer 3000. Nous avons fait don de masques à des coopératives de taxis, des épiceries, des maisons de retraite et bien d’autres encore. Nous voulons nous assurer que tout le monde a un masque. Ils sont mêmes à la mode ! Nous avons des tailles différentes pour les femmes, les hommes et les enfants, et même des motifs et des couleurs amusants pour les enfants. Nous sommes dans le même bateau, nous devons donc travailler ensemble pour aider à aplatir la courbe.

J’ai lu tant d’articles qui donnent tant d’informations. L’un d’entre eux parle de la douleur et des différents niveaux de chagrin. Lorsqu’une personne éprouve du chagrin, elle connaît des niveaux de folie, de tristesse, de peur et ensuite de compréhension. Lorsque vous avez peur, votre taux de cortisol est trop élevé et le système immunitaire est affaibli. Donc, on ne peut pas rester effrayé. L’énergie est contagieuse, nous devons donc tous nous aider à traverser cette épreuve ensemble.

Si je pouvais partager des mots d’encouragement avec les autres membres de l’industrie, je dirais de partager toutes les informations et les ressources dont vous disposez.

« En fournissant des ressources à chacun, nous nous en sortirons ensemble », dit M. Bergeron.  « Tout le monde doit être conscient ! »

« Une chose que le coronavirus m’a appris, c’est que lorsque la situation devient difficile, on voit vraiment de quoi on est capable », a-t-il déclaré.

« Vous ne pouvez pas faire ça tout seul. Cette pandémie m’a montré que, quelle que soit la raison pour laquelle le cinéma vous attire, le syndicat est une fraternité car nous sommes tous solidaires », explique M. Bergeron.  « Ce fut un moment d’éveil car quand on rencontre la haine avec la haine, on ne peut pas faire la différence.

M. Bergeron encourage tout le monde à se rappeler que si nous voulons remodeler la planète, il faut continuer à s’entraider. Donnez au suivant en vous aidant les uns les autres. Il ajoute : « Ce virus a montré le vrai visage de l’être humain ».

Pour regarder un reportage vidéo mentionnant CINEMASK, cliquez ici et regardez la vidéo secondaire (dans l’article).


Articles reliés

Chère membre,Cher membre, Le port du masque sera obligatoire dans…
Chère membre,Cher membre, Le Bureau du cinéma et de la…
Chère membre,Cher membre, L’institut national de l’image et du son…

Inscrivez-vous à notre infolettre

Retour en haut